Laissons les lapins courir: parabole

Il y avait une prairie. Dans cette prairie, un ca­nard, un poisson, un aigle, un hibou, un écureuil et un lapin. Ils décidèrent de s’instruire afin de devenir intelligents tout comme les humains.

Avec l’aide de quelques animaux adultes, ils sug­gérèrent un programme d’études qui, pensaient-­ils, devait pouvoir rendre un animal harmonieux:

course à pied, natation, grimper d’arbre, saut, et vol.

Le premier jour de classe, petit frère Lapin se peigna les oreilles et fila à son cours de course à pied.

Dans ce domaine, il était un génie. Il courut jus­qu’au sommet de la colline et revint aussi vite qu’il put et, oh mon Dieu, comme il se sentait bien! Il se dit: «Je n’arrive pas à y croire. A l’école, je peux faire ce que je fais le mieux. »

Le maître lui dit: «Lapin, tu es réellement doué pour la course à pied. Tes pattes arrière sont très musclée. Avec un peu d’entraînement, chaque en­jambée te sera plus facile. »

Le lapin répondit: «J’adore l’école. Je peux faire ce que j’aime et apprendre à le faire encore mieux. »

Le cours suivant était celui de natation. Lorsque le lapin sentit le chlore, il s’écria: «Attendez, at­tendez les lapins n’aiment pas nager. »

Le maître rétorqua: «Eh bien, il se peut que tu n’aimes pas cela à présent, mais dans cinq ans tu sauras que c’était bon pour toi. »

Dans le cours de grimper d’arbre, on avait placé un tronc d’arbre à 30° afin que tous les animaux aient une chance de réussir. Le petit lapin fit tant d’efforts qu’il se blessa à la patte.

Au cours de saut, le lapin se débrouilla parfaite­ment; mais au cours de vol, il eut des problèmes. Le maître lui fit alors faire un test de psychologie et réalisa qu’il fallait lui faire suivre le cours de rattrapage.

Au cours de vol de rattrapage, le lapin devait sauter d’une falaise. On lui dit que s’il s’appliquait suffisamment, il pouvait y arriver.

Le lendemain matin, il alla au cours de natation. Le maître lui dit : «Aujourd’hui, nous sautons dans l’eau.

– Attendez, attendez ! s’écria le lapin, j’en ai parlé avec mes parents. Ils n’ont jamais appris à nager. Nous n’aimons pas nous mouiller. J’aime­rais ne plus suivre ce cours. »

Le maître répliqua: «Ce n’est pas possible. La période de choix est terminée. Actuellement, tu as le choix suivant: soit tu sautes dans l’eau, soit tu laisses tout tomber. »

Le lapin sauta. Il paniqua. Il coula une fois. Il coula deux fois. Des bulles remontèrent à la sur­face. Le maître vit qu’il était en train de se noyer et le tira hors de l’eau. Les autres animaux n’avaient jamais rien vu d’aussi drôle que ce lapin trempé qui ressemblait plus à un rat sans queue et ils se mirent à pousser des cris, à sauter, à glapir et à se moquer du lapin. Le lapin n’avait jamais été aussi humilié de toute sa vie. Ce jour-là, il eut une terrible envie de quitter le cours et il fut heureux quand celui-ci fut terminé. Il pensait qu’en arrivant chez lui, ses parents le compren­draient et l’aideraient.

En rentrant chez lui, il dit alors à ses parents: «Je n’aime pas l’école, je ne veux qu’une seule chose, être libre.

– Si les lapins se mettent à s’instruire, tu dois obtenir un diplôme, répliquèrent ses parents.

– Je ne veux pas de diplôme, rétorqua le lapin.

– Tu obtiendras un diplôme, que tu le veuilles ou non », dirent les parents.

Ils se disputèrent et, finalement, les parents en­voyèrent le lapin se coucher.

Le lendemain matin, le lapin partit pour l’école d’un pas traînant. Puis il se rappela les paroles du directeur qui disait qu’en cas de problème la porte du conseiller était toujours ouverte.

Lorsqu’il arriva à l’école, il sauta sur une chaise dans le bureau du conseiller et déclara: « Je n’aime pas l’école. »

Le conseiller l’invita à lui dire ce qui n’allait pas; ce que fit le lapin.

Le conseiller lui dit alors: «Lapin, je t’entends bien. Je t’entends dire que tu n’aimes pas l’école parce que tu n’aimes pas nager. Je pense que mon diagnostic est correct. Ecoute, Lapin, je vais te dire ce que nous allons faire. Tu te débrouilles parfaite­ment en course à pied. Ce que tu dois travailler, c’est la natation. Je vais donc m’arranger pour que tu n’aies plus besoin d’aller courir, ainsi tu auras deux cours de natation. »

A ces mots, le lapin capitula tout simplement.

En sortant du bureau du conseiller, le lapin leva les yeux et vit son vieil ami le hibou, le sage, qui releva la tête et lui dit: «Frère Lapin, la vie ne doit pas se passer ainsi. Il nous faudrait des écoles et des métiers permettant aux individus de se concentrer sur ce qu’ils font bien.» Ces paroles inspirèrent frère Lapin qui pensa que dès qu’il aurait son diplôme, il créerait une affaire où les lapins ne feraient rien d’autre que courir, où les écureuils ne feraient que grimper aux arbres et où les poissons ne feraient que nager.

En disparaissant dans la prairie, il soupira douce­ment et se dit: «Oh, mon Dieu, comme ce serait merveilleux!»

À propos de Institut Hippocampe

Cyclone au service de la croissance : Passionnée depuis toujours par l’humain et son potentiel créatif, Caroline, telle un cyclone, amasse continuellement une quantité phénoménale d’informations qu’elle organise en un tout cohérent. Elle met ensuite ces connaissances au service de sa croissance et de celle des autres. ‘Tamiseuse’ de connaissances et organisatrice-née : C’est ainsi que Caroline a accumulé des diplômes en histoire, en études comparée des religions, en pédagogie et en création littéraire. Depuis plus de 30 ans, elle a exploré et suivi une multitude de formations en développement personnel, en plus d’en créer de son cru. Elle a animé des ateliers et conférences au Québec et en Europe. Elle a mis ses talents d’organisatrice hors-pair au service de Marshall Rosenberg (créateur de la Communication Non-ViolenteMD), Peter Koenig (créateur du Peter Koenig’s System) et Joël Guillon (créateur du processus « L'excellence ou le meilleur de soi »). Artiste et auteure : Artiste-peintre autodidacte et mosaïste, elle a aussi animé des cours et ateliers d’art. La pratique artistique lui sert de tremplin pour sonder le processus créateur dans son sens le plus large. Enfin, toujours dans le but de transmettre des informations qu’elle juge essentielles, elle a amassé une banque de savoir sur les soins naturels de maux simples et publié le livre de référence ‘Se soigner chez soi’. Accompagnatrice d’exception : Le moteur de sa vie a toujours été d’explorer, de mieux comprendre, et de partager les fruits de ses découvertes afin de nourrir l’épanouissement du plein potentiel de chacun. Au fil des années, Caroline a accumulé un bagage impressionnant d’outils pratiques et développé un savoir-être exceptionnel, ce qui lui permet d’accompagner les autres dans leur cheminement avec discernement, doigté, lucidité, compassion et finesse. Et c’est maintenant qu’elle comprend pleinement son excellence que la création de son école s’est imposée comme la voie évidente pour mettre son excellence en action. Caroline vous invite à « Oser votre différence pour réussir votre vie »!
Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *